Christine Jean : textes et CV

, par jacques

La Baie de Somme

JPEG

En 2006, invitée en résidence au Musée de l’Abbaye de Saint-Riquier, Christine Jean a présenté un ensemble de peintures réalisées à partir d’observations dans la Baie. Durant plusieurs mois, elle a parcouru ces paysages, les a dessinés, photographiés, survolés en ULM afin de s’en imprégner, pour tenter ensuite d’en recréer la fluidité, la substance, les mouvements.

Elle y a vécu toutes les saisons une expérience sur deux ans, à regarder, le jour, de l’aube au crépuscule, une sorte de désert où il n’y avait rien à voir, sauf à ressentir un peu plus ou un peu moins de vent un peu plus de pluie ou un peu moins. Rien qui soit debout, en face, comme les hommes. Un pays sans limite, croirait-on, pour que s’y invente une légende, à faire peur, bien sûr. Donc, la baie de Somme : rien que des coulées d’eau dans le sable. Rien de solide pour s’y appuyer. Rien que des présences, mobiles, insaisissables en fuite. C’est-à-dire un monde sans repères.” Pierre Descargues. Extrait préface de Ciel et eau. Ed arearevue)s(. 2006

Les mouvements de l’eau, de l’air, de la lumière dynamisent le regard.
Ses questions sur l’espace du paysage, l’espace de la peinture, ont trouvé une résonance dans la Baie. Ligne d’horizon ou perte de ce repère ? Quels sont les éléments structurants d’un espace quand celui-ci à première vue ressemble à un no man’s land ? Cet espace est modelé par les rythmes, celui des marées, de la rencontre de l’eau douce et salée, transformé par les mouvements des éléments, mais aussi par les activités de l’homme. A terre elle a observé le ciel dans l’eau, il fallait qu’elle voie l’eau du ciel. Un paysage n’est pas immuable. Les mouvements du ciel et de l’eau, le cycle des saisons ouvrent la vision à l’étrangeté de l’éphémère, lumières, nuées, flottements.

Une analogie entre processus picturaux et naturels.
Les processus picturaux qu’elle met en œuvre depuis plusieurs années s’appuient sur les principes de construction/destruction et font écho aux dimensions créatrices et destructrices du monde, dans le processus sans cesse recommencé de la naissance à la mort ; construction, décomposition, transformation. Les dimensions temporelle, matérielle et spatiale de la nature, temps de la croissance, de l’érosion, de la sédimentation, matière inlassablement renouvelée par les lumières naturelles et artificielles, les rythmes diurnes et nocturnes, résonnent avec celles du tableau. L’eau, sans couleur et sans forme, prend la couleur des fonds qui la reçoivent, elle s’insinue partout et c’est son contenant qui lui prête forme. Ceci vaut pour la peinture à l’huile, composée de strates, de couches picturales intimement liées, qui donneront ses qualités de couleur, d’aspect à la surface.

Le flou, l’incertitude, l’indéterminé, le hasard.
Entre la forme et l’informe, existe un concept intermédiaire : le semi-formel, c’est le goût japonais pour l’asymétrique, l’inachèvement, le passager.
L’éphémère n’est pas le temps mais sa vibration devenue sensible.” Christine Buci Glucksmann. L’esthétique du temps au Japon.
Le semi-formel serait une forme qui se défait, qui apparaît et disparaît, une forme qui exhibe son propre suspens et son propre flux… c’est-à-dire une forme ouverte, une forme en devenir qui s’exprime à travers le flou, l’indécis, l’indéterminé. Et l’eau par sa capacité à s’infiltrer partout, à prendre forme et couleur de ce qui la reçoit, à se répandre, déborder, envahir ou détruire serait semi-formelle.

Comment un tableau peut-il saisir une vérité en voie d’effacement ? Tous les jours, elle est revenue sur le terrain dans l’espoir de comprendre que rien ne reste qu’à sauver ce qu’on se souvient d’hier, comme des semaines et des mois enfuis, et constater que cela a toujours changé et changera encore. Une permanence pourrait-elle s’imposer ? Comme un signe qui ne reviendrait jamais plus ? Ainsi accède-t-on à une constance dont on ne sait plus si on l’a vue ou si on la porte en soi. C’est alors que l’accord s’impose : paysage intérieur et paysage rencontré se recouvrent l’un l’autre, sans s’effacer, car les deux identités sont mobiles. Le peintre constate qu’il est aussi variable que ce qu’il peint. J’ai dit paysage. Sans doute vaudrait-il mieux dire : nature. Le paysage est un genre dans l’histoire de l’art. On y voit des villages, des collines, parfois des gens. Si Christine Jean est allée vers la Baie de Somme, c’est qu’elle cherchait du sauvage où les éléments et les espèces ne seraient pas séparés.” Pierre Descargues. Extrait préface de Ciel et eau. Ed arearevue)s(. 2006

L’eau comme outil du voir.
Le monde s’y reflète, se renverse. Les lumières, les arbres, les gens, les maisons vacillent, ondulent, s’évanouissent.
car si le temps est un fleuve, je suis aussi ce fleuve, avec ses rythmes, ses méandres, ses départs, détours et retours”… Contemplant le fleuve, l’écoulement du temps, les contre-courants, les tourbillons, “les zones de turbulences se déplacent dans le sens du fleuve sans cesser d’être elles-mêmes”. Toyo Ito architecte

Forme/énergie.
La nécessité est que les formes qui adviennent sur le support naissent d’une énergie, qu’elles soient vécues, pensées à partir de celle-ci, des formes en devenir, nées de la fusion et de la destruction ou plutôt de l’altération. C’est-à-dire qu’il faut malmener les choses, les mettre à distance pour mieux les capter. Les formes découlant de succession d’instants, d’actions instaurent une relation à l’espace qui du coup se multiplie tout comme l’œil multiplie les points de vue dans la proximité ou l’éloignement. Peindre au sol, sur toile ou papier libre permet de se tenir debout sur “un territoire” et non pas devant une surface. L’horizontalité permet de travailler littéralement dans l’eau et comme elle. Alors les échelles, les points de vue se superposent, les mondes microscopiques et macroscopiques se mêlent, ce que le regard a capté, ce qui sépare, ce qui rassemble.
…“Ses toiles sont immenses. Sans doute le fallait-il pour que cet accord trouve sa place en invitant le spectateur à perdre, lui aussi, ses repères et à partir pour ce très étrange bassin où le fleuve et la mer échangent leurs forces. Deux parallèles à considérer ; les échanges du peintre et de la nature et les échanges des eaux. Car ici, dans ses remous, se mêlent les buissons de feuilles de la terre ferme et les algues des mers. Ici, on voit fuir un reflet perçu dans une flaque qui, une seconde, dans le mouvement général, s’était calmé, un reflet éblouissant du soleil, à crever les yeux. A peine ressenti, aussitôt disparu. Comment ne rien perdre de ce grand spectacle ? En lui prenant un peu de sa mobilité, c’est-à-dire en ne s’asseyant pas devant le chevalet, mais en étant debout au-dessus de la toile, comme si, pieds nus, on marchait dans les eaux. C’est la connaissance par le survol, connaissance des aviateurs, des parachutistes. Pour rappeler que ses tableaux ont été peints au-dessus de la peinture, dans l’instabilité de la position debout.” Pierre Descargues. Extrait préface de Ciel et eau. Ed arearevue)s(. 2006


CV

Née le 8 décembre 1957 à Sainte-Adresse (Le Havre). Vit et travaille à Paris.


Formation

1975/1980 Ecole régionale des Beaux-Arts du Havre
1980 DNSEP. Félicitations du jury

Expositions personnelles

2009
Nantes, Galerie du Grand T
Pont-Saint-Martin, La Rairie

Angers, UCO, L’eau d’en haut

Paris, la Réserve area, Entre-deux

Paris, Orangerie du Jardin du Luxembourg, Entre-deux

2008
Le Havre, Carré du THV, Lavis d’encre

Stockholm, Studio L2 Louise Lidströmer, Bay Water Watch

2007
Clamart, Centre d’arts plastiques Albert Chanot, Hans Bouman et Christine Jean

2006
Saint-Riquier, Musée départemental, L’eau d’en haut

Paris, la Réserve d’Area, L’eau d’en haut

2003
Paris, la Réserve d’Area, Au creux de la main

Paris, Mairie du 1 arrondissement


2002
Kiev, Ukraine, Institut français, ensemble

Libreville, Gabon, Centre culturel français, invitée en résidence dans le cadre du Forum des Arts

2001
Kassel, Galerie Pin im Architektenbüro Graute, Brauer & Partner

Phoenix, USA, Arizona State University, Dots

2000
Bielefeld, Galerie Pin

Essen, Galerie Ricarda Fox


1999
Paris, Aréa, Acides

Sainte-Adresse, Espace Claude Monet, Acides

1997
Lourdes, Chapelle de la Maison de Marie pour la Fondation Sue Ryder, peintures murales

1996
Strasbourg, Galerie Nicole Bück, Paysages

1995
Paris, Aréa, Le pays traversé


1994
Paris, Aréa, Rêves de pierres, installation

Hô-Chi-Minh ville, Viêtnam, Espace NK art contemporain, Mai
Paris, Aréa, Une saison au Viêtnam

Hô-Chi-Minh ville, Viêtnam, Association des Beaux-Arts, Novembre

Hanoï, Viêtnam, Galerie Fleuve Rouge, Peintures et œuvres sur papier

1993
Paris, Aréa, Œuvres récentes - peintures

1992
Annecy, Centre d’Action Culturelle Bonlieu
Créteil, Maison des Arts, Peintures et dessins 1989/1992

Paris, Aréa, Les carnets du Viêt Nam, dessins et carnets de voyage

1991
Paris, Aréa, Nuit et jour


1989
Vannes, Galerie Patrick Riquelme

Expositions collectives

2013
Rotterdam, Re:Rotterdam Art Fair, avec le collectif De-passage

2012
Paris, Mairie du 10e, Le couple réinventé

Paris, Area, L’esprit des plumes


2011
Paris, Silk, Dessins exquis
Musée d’Allauch, Ex-votos mexicains et contemporains

2010
Les Ulis, Espace culturel Boris Vian, Etre ainsi


2009
Paris, la Réserve area, Féminin pluriel
Nantes, Galerie du Grand T

Pont-Saint-Martin, La Rairie, Fin de partie

Clamart, Centre d’arts plastiques Albert Chanot, Alice chez les Chanot

2008
Stockholm, Studio L2 Louise Lidströmer, Falling water

Le Havre, Biennale d’art contemporain, Colloque singulier

Neuilly-sur-Seine, Hôtel Arturo Lopez, Alice aux reflets arturiens


2007
Nogent-sur-Marne, Maison d’art Bernard Anthonioz, Artificialia, un cabinet de curiosité contemporain

Shanghai, Lime 388 Studio and N°D Suzhou River Gallery, Faces

Paris, Galerie Kamchatka, L’eau et les rêves

Paris, Artsénat, Femme y es-tu ?

Le Mée-sur-Seine, Maison des Associations, Connexions

Paris, Univer, Tour de chauffe n°10

2006
Sceaux, EPF, artistes contemporaines


2005
Paris, l’Ermitage, Alice et les tentations scellées

Paris, Hôtel Salomon de Rothschild, Tour de chauffe N°9, céramiques de peintres

Paris, La réserve, Libertins, libertines

Paris, La réserve avec Anna Foka, Alla Rusu et Romain Suzzoni

Toulouse, Fondation Espace Ecureuil, L’invitation au voyage

Périgueux, Centre Culturel François Mitterrand, Vénus en Périgord “Affirmer”

Saint-Cyprien, Ancienne Justice de Paix, Vénus en Périgord “Enflammer”

Château de Biron, Vénus en Périgord “Engendrer”


2004
Paris, Orangerie du Sénat, L’invitation au voyage – les artistes pérégrins

Lieusaint, Maison des cultures et des arts, Regards de Chine

Paris, Espace Belleville, …Et la femme créa l’homme

Paris, Hôtel Salomon de Rothschild, Alice à la folie

Châteauroux, Couvent des cordeliers, George Sand interprétations 2004

Bobigny, Hôtel de Ville, Les artistes pérégrins

Lille, Grand Palais, Art Event

2003
Paris, Galerie Etats d’art, Aperceptions

Senonches, Centre d’art de la Tour, Ils regardent la nature

Paris, Carrousel du Louvre, ArtParis


2002
Paris, Orangerie du Sénat, jardins du Luxembourg, Art ou nature ?


2001
Paris, La Réserve d’Aréa, L’œil écoute

Valognes, 6ee salon international d’arts plastiques, Prix Jean-François Millet

1999
Toulouse,
Paris, la Réserve d’Aréa, Les uns par les autres

Paris, Espace Paul Ricard, Fortunes du regard exposition conçue par Danièle Gibrat

1998
Paris, Pavillon des Arts, Paris-Hanoi-Saigon

Amiens, Eglise Saint Germain l’Ecossais, Rencontres en Aparté

Paris, Aréa, Made in Viêtnam avec Nguyên Minh Thanh, Nguyên Quang Huy et Nguyên van Cuong

Lisbonne, Musée de l’électricité, Au fil de l’eau

1997
Hanoi, Viêtnam, Salon Natasha, Looking in

Issy les Moulineaux, Biennale, Palais des congrès

Cachan, Biennale d’art contemporain


1996
Neuwiller les Savernes, Eglise Saint-Jean, Passion

Paris, Maison des Conservatoires, Figures libres, performance avec le trio d’argent au théâtre du Renard

Paris, MAEA-maison des arts europe asie, Parcours nocturne avec Ly truc Son, Mathias Gaillaguet, Truong Tan, Bruno Tanquerel et Tran Trong Vu

Paris, Espace Paul Ricard, Paysages après la bataille, avec F. Cerredo, H. de Chalvron, J-J Dournon, P. Giorda et Myonghi

1995
Strasbourg, Palais du Wacken, Siac , Galerie Nicole Bück, Le cabinet d’amateur

Strasbourg, Galerie Nicole Bück, L’univers des miniatures

Paris, Espace Paul Ricard, Correspondances vietnamiennes, exposition conçue par Christine Jean


1994
Paris, Parc des expositions de la Porte de Versailles, Saga, Aréa-Paris

Deauville, Etablissement Elie de Brignac, Courant d’art à Deauville

Hô-Chi-Minh ville, Viêtnam, Espace NK art contemporain, Regards croisés N°0

Hô-Chi-Minh ville, Viêtnam, Association des Beaux-Arts

1993
Paris, Grand Palais, Découvertes, Aréa-Paris avec P. Lanneau et P. Venin-Bernard

Paris, Grand Palais, Saga, Aréa-Paris, Yeo

Orléans, Centre d’art contemporain – Carré Saint-Vincent, Yeo

Toulon, Musée de Toulon, L’éloge de la peinture

Hô-Chi-Minh ville, Viêtnam, Espace NK art contemporain,


1992
Créteil, Maison des Arts, Accrochage N°1 avec L. Bétremieux, D. Gibrat, P. Lanneau et S. Plagnol

Nancy, Galerie Lillebonne, Figures, 23 noms autour de l’art contemporain

1991
Le Havre, Ecole d’Art, A dessein, le dessin

Gand, Lineart, Aréa-Paris

Gand, Krijslaan 181, Installations

1990
New York, Etats-unis, Carlton Arms Hotel, room 2D, peintures murales

Paris, Ateliers du Père Lachaise, portes ouvertes


1989
Nieul, Château de Nieul, Paris, C. R. I.M.E., La Courneuve, Centre culturel Jean Houdremont, Bagnolet,
Centre culturel Guy Toffoletti, Attention travaux sur papier

Bobigny, Hall de l’hôtel du département préfecture de Seine Saint-Denis, Babylone Bobigny

1988
Cherbourg, Centre Culturel, Artzimut

Bobigny, Espace de recherche et de création artistique, Attention, travaux sur papier

Prague, Tchécoslovaquie, Narodni Galerie, Présence d’art contemporain français

1987
Montrouge, Centre Culturel et Artistique, Salon de Montrouge

Paris, Espace Lamartine, Carte blanche aux critiques

1986
Kassel, Allemagne, Orangerie, Germinations III

Breda, Hollande, Germinations III
Créteil, Maison des Arts, Germinations III


1985
Paris, les Hauts de Belleville, Création mot féminin pluriel

Châlon sur Saône, ANCR, La chasse et autres histoires


1984
Paris, Grand Palais, Salon de la Jeune Peinture

Le Havre, Musée André Malraux, 16 diplômés de l’Ecole des Beaux-Arts

Collections publiques et d’entreprises

Arras, Conseil Général du Nord Pas-de-Calais (1994)
Ile de France, Artothèque du CRDP de L’Académie de Créteil

Paris, Fonds National d’Art Contemporain (1984)

Espace Paul Ricard (1995)

Terra Nova (1995)

Prévoir Vie (2010)

Seine Saint-Denis, Fonds Départemental d’Art Contemporain (1988)

Toulon, Musée-Donation Alin Avila (1993)

Chessy, collection municipale (2001)

Le Havre, Chambre de commerce (2006)

Prix

2001 Prix Jean-François Millet
2012 Prix Verdaguer – Institut de France

Catalogues • monographies

1999
• Le Fil du corps :
Textes de Anne Kerner, Jean-Noël Antoine, Marc Devade, Nora Taylor, Daniel Kaplan, Christine Jean.
Editions Yeo pour Area, novembre 1999.
• Quoi peindre donc ?
Evelyne Artaud
Catalogue de l’exposition Quoi peindre donc ?
Fondation d’entreprise Espace Ecureuil, Toulouse
Editions Cercle d’art, 1999

2006
• Ciel et eau :
Christine Buci-Glucksmann, Pierre Descargues, Marie-Pascale Prévost-Bault, Jérôme Bignon, Alin Avila, Christine Jean.
Editions Arearevue)s(, 2006

2009
• A l’envers :
Claire Margat, Christine Jean
Editions Arearevue)s(, 2009 et Descartes & Cie

Livres illustrés

1992
• Après la pluie : format 200 X 145 mm, 128 pages, 58 reproductions NB.
30 exemplaires numérotés et signés par l’artiste contenant chacun une aquarelle.
YEO pour Area, avril 1992

1993
• Exit : format 270 X 100 mm, 50 pages. 30 exemplaires numérotés et signés par l’artiste avec une encre originale sur le premier plat YEO pour Area, mars 1993

1994
• Rêves de pierres : format 250 X 170 mm comprenant 9 lithographies originales de Christine Jean imprimées sur papier de soie par Nancy Sulmont
tirage limité à 20 exemplaires signés et numérotés
Editions Yeo pour Area, janvier 1994

• Mélanges N°2 :
format 250 X 160 mm, 17 exemplaires numérotés
8 lithographies de Pat Andrea, Benjamin Bozonnet, Bernard Cousinier, Marc Fontenelle, Gérard Guyomard, Christine Jean & Franciszek Starowieyski imprimées sur pierre par Nancy Sulmont.
Editions Yeo pour Area, mars 1994

• Regards croisés N°0 :
deux fontispices pour l’ouvrage, portfolio réunissant 11 lithographies d’artistes vietnamiens,
mise en page et impression réalisées par Christine Jean
édition limitée à 18 exemplaires numérotés et signés par les artistes
Edition Espace NK Art Contemporain, Hô Chi Minh ville, mars 1994
• May :
format 216 X 155 mm.
30 exemplaires comprenant 9 lithographies et 1 aquarelle originale édités et imprimés par l’artiste

1995
• L’exaltation des sentiments Emmanuel Daydé.
format 200 X 145 mm, 60 pages
édition limitée à 40 exemplaires numérotés et signés
Edition Yeo pour Area, 30 septembre 1995

Ecrits de l’artiste

1994
• Une saison au Viêtnam : format 200 X 145 mm, 52 pages avec des illustrations de Ca Lê Thang, Dao Minh Tri, Dô Hoang Tuong, Huynh Phu Ha, Nguyen Kim,
Nguyen Huy Khôi, Nguyen Tân Cuong, Nguyen Thanh Binh, Nguyen Minh Phuong et Trân Van Thao. Edition limitée à 40 exemplaires numérotés et signés
Editions Yeo pour Area, 30 septembre 1994
• Petite suite au fil des jours : format 200 X 145 mm, 60 pages. Edition limitée à 40 exemplaires numérotés et signés. Editions Yeo pour Area, 30 septembre 1994

Radio

1993
• Valère Bertrand : “Les arts et les gens” de Pierre Descargues. France Culture, 15 février 1993

1995
• Jean-Pierre Gilly : Radio Libertaire, 3 novembre 1995
• Valère Bertrand : interview de Christine Jean à l’occasion des expositions à Area et à l’espace Paul Ricard à Paris “Les arts et les gens” de Pierre Descargues.
France Culture, 20 novembre 1995


2005
• Simone Douek, Surpris par la nuit Noir de lune. France Culture, 3 novembre
2005
• Simone Douek, Une vie, une œuvre Van Gogh. France Culture, 6 février

2008
• Anita Castiel, Surpris par la nuit “Artistes : femme y es-tu ?” France Culture, 12 septembre. Réalisation Anna Szmuc

2009
• Elisabeth Couturier, Surpris par la nuit “En revenant de l’expo” France Culture, mai

Vidéo

1996
• Olivier Ringer : Film sur le thème du jardin pour l’émission “Dédalus” la 5, avec Christine Jean

2004
• Pierre Samson : Peintures

2006
• Hans Bouman : L’eau d’en haut/ Bay water Watch. Supplément arearevue)s(