Au secours, le dessin revient !

, par jacques

Il s’impose à nouveau au cœur même de la création :

A Paris : La [**Semaine du dessin*] a été très riche. Aussi bien le classique [*Salon du dessin*] au palais Brogniart (avec des dessins de Estève, Harrtung, Hélion, Kirchner, Marini, Miro, Richier, Van de Velde, Zao Wou-Ki pour ne citer que quelques "modernes", que la neuvième édition de [*Drawing Now*] au Carreau du Temple qui s’impose comme le moment fort du dessin contemporain à Paris avec 73 galeries (dont 22 présentaient des artistes "émergents" (mais rarement schtroumpfs).

A Paris encore : la [**Maison rouge*] présente une exposition monographique fascinante de [*Jérôme Zonder*] (dépêchez-vous : c’est jusqu’au 10 mai seulement). Cet artiste se consacre exclusivement au dessin en noir et blanc : il a entièrement garni cet excellent musée avec des mises en scène d’une qualité plastique remarquable en même temps que d’une violente cruauté légèrement mise à distance par le filtre de l’enfance.

A Lyon : Le mini-salon [**Dessin contemporain à Lyon*] a connu un vrai succès début avril, grâce au 21 artistes qui avaient été sélectionnés. Citons entre autres les paysages transparents de Claire Borde, le graphisme jubilatoire d’Anne Commet, les masques mystérieux d’Anne Lacouture (Galerie Couturier), les figures de vertige de Winfried Weit, sans parler des horizons hugoliens de JoCiesla.

A Lyon encore : [**Marie Breucq*] revient en force chez Paul Gauzit au Lutrin avec de nouveaux dessins dont la virtuosité explose littéralement le végétal et l’animal et en font nos proches, nos intimes.

A Lyon toujours : il y a de très beaux dessins surréalistes à voir et revoir à la Galerie Michel Descours dans l’exposition [**"Surréalistes, certes..."*] ouverte jusqu’au 20 juin.