Pierre Riba : Textes, films et CV

, par jacques

[*CV*]

Natif de l’Ardèche, Pierre Riba vit et travaille dans le Langudoc et en Espagne. Et depuis… longtemps, il expose régulièrement ses productions (sculptures, reliefs muraux et œuvre graphique) en France et dans le monde.

[*Le charme primitif de la modernité*] (Grégory Tuban, extrait)

Découpages, assemblage, structure. Une valse à trois temps, au tempo brut, portée par les aspérités obsédantes des feuilles de carton. Pierre Riba puise sa force dans la rupture avec ce support tout en l’inscrivant dans une nouvelle démarche. Il donne par le filtre de la création, un nouveau pouvoir à un objet jugé initialement quelconque. Assure une fonction sacrée qui se loge, en un nouveau rituel voulu par les anciens, que certains nomment aujourd’hui design.

[*Verbatim*] (Pierre Riba)

"Mon identité est celle des paysans de l’Ardèche hommes lents qui ont besoin de beaucoup de temps pour dire les choses... avec le peu avec le simple. J’oscille entre sérénité des origines et déchirures de la vie. Dans mon travail le matériau n’est pas seulement un moyen au service d’une pensée, il participe aussi à la formation de l’idée... ce travail a parfois un aspect brut presque primitif-parfois plus sophistiqué.
J’affectionne les formes simples, épurées. Je tends à libérer mon travail de l’anecdote, à décanter la réalité de ses scories, de ses pesanteurs.
"Je veux aller vers l’essentiel, m’épanouir dans la sobriété, la simplification des formes... Je tends à me débarrasser de tout effet accessoire... pierres, traces, fossiles, dolmens grottes... œuvres primitives plutôt que classiques, tout cela me fascine.
"Mon travail est parcouru d’images qui viennent de loin... vestiges d’un ailleurs... et sont pourtant de notre temps. Mes œuvres ne perdent pas leurs repères identifiables entre imaginaire et réalité... entre sérénité espèrée et déchirures
"Le vif de la vie, L’idylle et la rupture.
"Je veux aller vers l’essentiel, m’épanouir dans la sobriété, la simplification des formes. Je cherche à travailler vers l’universel.
"Les sculptures sont des objets porte-parole. Elles racontent les chemins suivis, les chemins dèrobès ... il n.y a rien à ajouter ... RIEN ...
"Depuis des années je fais toujours le même rêve, soit je le provoque, soit il me sollicite de façon répétitive. J’entre dans un champ planté de quelques mégalithes, "les pierres levées". Nous portons en nous-mêmes nos sources. C’est en soi-même qu’on trouve ses modèles, ses archétypes. Il y a toujours dans le travail un désir, une enfance. Je sais que je ne peux plus sortir de ce champ.Un paysan me dit que je ne peux le quitter qu’après que j’aurai dressé les pierres manquantes. Un jour, ce rêve, je le réaliserai. Je lèverai les basaltes bleus. Je me rappelle mon grand-père quand il disait : "Viens je vais te faire écouter les pierres qui chantent". C’était comme un grésillement, comme des abeilles qui frottent leurs ailes, plus discrètes que les cigales.

Les [**photos*] de sculptures présentées sont pour la plupart de Frédéric Jaulmes. La photo ci-dessus de Stéphane Grangier pour Vernissages.
Voir sur Arte, l’émission de la série [**L’Art & la Manière*] [27 minutes] consacrée à Pierre Riba [réalisation Stéphane Sende].